La notion "d'instant présent" est une vue de l'esprit, elle n'a aucune réalité objective ni même réellement expérimentale, ce que démontrent depuis plus d'un siècle les expériences en physique quantique.

La théorie relativiste, quant à elle, ne donne pas de signification précise et formelle aux notions de passé, présent et futur, car elle s'attache plus à décrire l'écoulement du temps dans l'espace géométrique, les lois y étant considérées comme étant les mêmes en tous points et tous temps.

La notion "d'instant présent" est en fait une photo instantanée d'une situation ou d'un processus, prise et interprétée après coup par un observateur - nécessairement considéré comme externe à la situation ou au processus - au moment de l'observation. Cette photo n'est donc interprétée que dans le futur de l'évènement observé sur la photo en fonction d'un passé antérieur à cette interprétation.

Elle n'a, en outre, de sens que dans le contexte - unique - de compréhension de l'observateur :
son interprétation ou analyse de ce qu'il observe, selon ses propres schémas mentaux ou modèles du moment (qui pourront évoluer par la suite) ; sa capacité à percevoir les changements d'état du processus observé (ses cinq sens mais aussi ses instruments de mesure) ; ce qu'il a intégré du passé de ce processus ; et ce qu'il se représente de son futur. Il existe ainsi autant de photos, donc de "présents", que d'observateurs et, en l'absence d'observateur, présent, passé ou futur n'ont aucun sens, ils n'existent donc pas (pas plus que le temps ni une quelconque réalité objective) !

L'Analyse Décisionnelle des Systèmes complexes, B-ADSc, qui pourrait également s'appeler "Approche Informationnelle des Systèmes" (la théorie de l'Information prenant de plus en plus de place dans les théories attachées aux sciences physiques), peut prendre en compte de façon explicite ce rôle de l'observateur (qu'on appelle "PILOTE" dans cette méthode), et le lien qui existe entre lui et le modèle du processus qu'il observe ou dont il a la charge. Elle permet en effet de formaliser, mathématiquement, les liens qui existent entre l'observateur et le modèle du système observé(un modèle est nécessairement réducteur), lorsque le modèle du système observé est étendu au pilote (observateur), c'est-à-dire dans un contexte d'analyse plus large et nécessairement extérieur à ce pilote (SYSTÈME ÉTENDU = PILOTE + MODÈLE du SYSTÈME OBSERVE).

Mais dans ce cas, un nouveau pilote (ou observateur), situé à un niveau d'abstraction plus large, doit intervenir pour donner sens à ce système étendu... s'il existe !

Le seul pilote (ou observateur) d'un processus ne peut donc, à son niveau d'abstraction, formaliser de façon explicite et mathématique sa propre relation avec le modèle du système qu'il observe, faisant lui-même partie d'un système (et d'un modèle de ce système) plus vaste l'englobant, lui, ainsi que le sous-système qu'il observe.

Dans un registre similaire, le mathématicien Kurt Gödel a brillamment démontré cette idée dans ses Théorèmes d'incomplétude.

Philippe GAUTIER, 2013.